Cusco et le trek Lares


Cusco

Nous sommes bien arrivés à Cusco et avons pu accueillir nos amis Gilles et Krystel qui voyageront avec nous pendant 5 semaines !

Pour voyager avec nous, ils ont loué Volkswagen T2 chez Camper Peru à Cusco.

Génial !

Que l'aventure commence!

Après une bonne nuit pour récupérer du long jour de voyage et une grasse matinée, nous avons vadrouillé un peu dans la ville de Cusco et avons pu déguster quelques menus au marché.

Il y avait pas mal de monde en ville, c'est normal car la saison touristique bat son plein!

Site archéologique Sacsayhuamàn

Le lendemain, nous avons été visiter le site archéologique Sacsayhuamàn (en quechua Saqsaywaman, de saqsay qui signifie "complet ou satisfait" et waman qui signifie "faucon"), une forteresse cérémonielle.

Elle a commencé à être construite pendant le gouvernement Pachacutec, au 15ème siècle. Cependant, c'est Huayna Càpac qui l'a achevée au 16ème siècle.

Cette forteresse est, avec ses murs mégalithiques, la plus grande œuvre architecturale réalisée par les Incas à son apogée. La forteresse offre une vue panoramique unique sur les environs, y compris la ville de Cuzco.

Le nom de ce site est assez difficile à retenir mais, grâce à l'astuce de Michaël (la vie devant, les kilomètres derrière) nous avons pu le retenir de cette façon, en prononçant: sexywoman. Ce site est proche du camping où nous séjournons du coup, quand on rentre de la ville en taxi, c'est par là qu'on nous dépose. Avec cette prononciation, pas étonnant que les taxistes ne comprenaient jamais où est-ce que l'on voulait aller.. merci Michaël! haha

Ce qui nous a vraiment impressionné, c'est la taille des pierres utilisées pour la construction du site. Elles sont gigantesques!

À midi, nous avons été tester un restaurant en ville et le soir, nous avons retrouvé au camping notre amis Jonathan.

Nous avons soupé ensemble et bu quelques Pisco puis dodo car le lendemain, nous avons rendez-vous à 7h en ville de Cusco pour le départ du trek Lares, un trek de 3 jours.

Trek Lares

Le trek Lares est un trekkin qui peut se faire sur deux ou trois jours. Il part de Lares et il en traverse la vallée jusqu'à arriver dans la vallée sacrée à Ollantaytambo.

C'est parti!

Nous voici dans la voiture qui nous accompagnera (enfin, qui portera notre matériel, notre cuisinier et notre conducteur) pendant les trois jours, où nous serons accompagnés par un guide local.

Le réveil à 5h45 a été rude mais la bonne humeur est présente pour le départ.

Pour commencer, nous partons direction Lares et passons en voiture un col à 4'461 mètres.

Nous voici à Lares et avant de commencer la marche (sisi j'ai bien dis avant!) il y a au programme.. des bains thermaux!!

Nous avons souvent l'habitude d'aller aux bains pour nous reposer après une marche.. eh ben cette fois, on inverse le concept.

L'eau est bonne et chaude, le soleil est au rendez-vous.. quoi demander de mieux!

Après les bains, notre cuisinier nous a préparé à manger et ensuite départ!

Nous avions à peu près 12km à marcher pour arriver à notre premier lieu de rendez-vous pour le soir et la nuit.

Nous avons rencontré de beaux paysages et rencontrés des lamas ainsi qu'une fillette qui ramenait les brebis à la maison.

Le guide nous a raconté qu'en altitude les enfants vont à l'école le matin et c'est coutume que l'après-midi ils s'occupent des moutons jusqu'à ce que ce soit l'heure de les ramener à la maison. Quelles belles couleurs!

Ah une anecdote que j'allais oublier.. avant d'arriver à Lares, nous nous sommes arrêtés dans un marché pour faire des achats. Nous avons acheté plein de petits pains, des feuilles de coca et des crayons. Pendant notre trek nous allons croiser des personnes très pauvres, nous leur donnerons du pain et aux enfants, aussi des crayons.

Après 3,5h de marche, nous avons rejoint le village de Huacahuasi.À notre grande surprise, le cuisinier et notre chauffeur nous avaient préparé et installé des tentes pour nous.Oui je dis à grande surprise car ce n’est pas du tout ce que nous avions convenu, notre idée étant de dormir chez l’habitant mais dans une chambre. Il fait vraiment vraiment froid la nuit et nous ne voulions pas dormir sous tente, nous l’avions convenu avec l’agence.Bon.. notre guide a discuté avec les personnes qui nous accueillaient et ils nous ont ouvert une chambre pour la nuit (une chambre avec 3 lits, alors que nous sommes 4.. mais c’était mieux que rien !).Je ne l’ai pas mentionné mais la première surprise était qu’à la maison qui devait nous accueillir, il n’y avait personne. Il a donc fallu chercher une autre famille pour nous accueillir. Pas grave, tout s’arrange !Nous avons soupé avec le guide et ensuite nous sommes allés nous coucher, style vers 19h50. Une fois qu’il fait nuit et qu’il fait très froid, il n’y a pas grande chose à faire si ce n’est se mettre au chaud dans le sac de couchage. Nous avions choisi ce trek sachant ce que l’on allait rencontré. Où nous dormions il n’y avait pas d’eau et les toilettes étaient dehors à une dizaine de mètres.

Le lendemain matin, réveil à 6h15 et petit déjeuner à 6h45 pour un départ matinal.

Après le petit déjeuner, la « maman » de la maison d’accueil est sortie nous montrer tout l’artisanat qu’elle disposait, pour nous le vendre. De notre coté, nous avons acheté un tissu assez épais fait à la main par elle. Un de ces tissus que l’on voit souvent dans les photos, où (surtout les femmes) les personnes le portent sur le dos avec à l’intérieur du mais, de la paille, les courses, les enfants.. un tissu à tout faire.

Des couleurs magnifiques et un travail très pointilleux.

Nous sommes ensuite partis pour la marche et après 3h30, nous sommes arrivés en haut au col le plus haut du trek. Un col à 4'600 mètres et 800 mètres de dénivelé. À cette altitude, chaque pas qu’il faut faire peut être difficile, le souffle étant plus restreint vu qu’il y a un peu moins d’oxygène.

Pendant le trajet nous avons rencontré des enfants et des adultes et nous leurs avons donné le pain et les crayons.

Ces gens sont assez pauvres, vivent de leur cultures de patates mais sont presque auto-suffisants. À un certain moment nous avons rencontré une dame et avons eu la chance de pouvoir visiter sa maison. Maison c’est grand dire.. car c’est une construction en pierre où à l’intérieur il n’y a qu’une pièce. Un feu toujours allumé pour la chaleur et chauffer l’eau, un matelas (en paille) parterre pour dormir et un espace pour poser les affaires. De plus, le sol est en terre.. ce qui fait qu’il y a toujours de la terre partout.

Malgré cela, ils arrivent à vivre dignement et, heureusement, ils ont toujours de quoi manger.

Quand les gens nous ont vu arriver, ils sont venu exprès vers nous, sachant que nous allions leur donner quelque chose.

J’aime pouvoir aider les autres quand ils en ont le besoin mais je me questionne quand même au fait que chaque touriste, quand il passe par là, leur donne du pain et des crayons.. je sais pas si ça alimente la dépendance au tourisme ?

Certains enfants auxquels on a donné du pain ils ne l’ont pas mangé, ils n’avaient pas faim. Ils l’ont ramené à la maison. Je ne dis pas qu’il faut pas le faire mais les habituer à recevoir quelque chose à chaque fois qu’on passe (alors qu’ils sont autosuffisants) ça me fait bizarre.

Notre guide y tenait beaucoup à ce qu’on leur achète à manger car il a grandi dans ce même milieu et apparemment, il a parfois souffert de ne pas avoir assez à manger (de ce qu’il nous a raconté).

Nous avons acheté et donné, ce que je partage c'est juste un questionnement sans réponse.

Voilà notre marche et arrivée en haut du col, avec un petit repos mérité.

Avec notre guide, nous avons fait une offrande de feuilles de coca à Pachamama, la mère terre. C'est coutume de remercier mère terre de ce qu'elle nous partage et donne, surtout dans ces paysages andins.

Après la pause, nous avons entamé la descente et rencontré plein de champs de patates ainsi que des endroits où les péruviens sèchent les patates pour en faire des pommes de terres déshydratées.

Il faut savoir que l'histoire de la pomme de terre au Pérou est aussi vieille que le monde. Dans la vallée Quechua sur les flancs de la Cordillère centrale, à près de 3'500 mètres d'altitude, la pomme de terre est la seule culture andine qui s'est véritablement adaptée au climat.

Les pommes de terre que nous avons vu elles sont déshydratées et séchées au soleil. Par la suite, il suffit de les plonger dans un bain d'eau tiède pour qu'elles se regonflent très simplement.

Nous sommes arrivés dans notre deuxième lieu d'accueil, où chacun avait sa propre chambre à coucher! Les nuits sont froides mais avec notre nouveau sac de couchage et les couvertures, tout va bien.

Nuit en chambre double à Patacancha, après 6h de marche et plusieurs kilomètres, cela fait du bien.

Toujours pas de douche car elle est froide.. et il fait déjà assez froid. Il faudrait une grande motivation pour prendre une douche froide dans le froid!

Pour le soir, notre cuisinier nous a prévu un plat typiquement Péruvien, le Pachamanca.

Le pachamanca est aujourd'hui consommé dans presque tout le territoire péruvien, plus particulièrement dans les régions montagneuses.

La pachamanca est surtout une façon de rendre hommage aux divinités du monde andin, une manière subtile de faire une offrande à la terre, après une bonne récolte. Les peuples honoraient la fertilité de la terre en consommant ce qu'ils avaient cuisiné dans le sol. Officiellement reconnue comme patrimoine culturel de la nation depuis juillet 2003, la pachamanca a aussi sa journée nationale, chaque premier dimanche de février.

Des pommes de terre, du maïs, de la viande d'agneau, du poulet, des fèves, du chincho (herbe andine), du sel, du poivre et c'est parti!

Tous ces ingrédients sont posées de façon bien précise sur un grill allumé et recouvertes de terre, paille (ou feuilles de bananier) et papier aluminium ou couverture

Tout cuit en même temps et ensuite il faut tout enlever pour laver et manger.

Super bon!

Le lendemain, petit déjeuner à 6h30 et départ en voiture pour Pumamarca pour la visite des ruines et ensuite descente de la vallée à pieds jusqu'à Ollantaytambo, où nous partagerons notre dernier repas avec nos accompagnants.

Des jolis paysages ainsi que des jolies "terrasses" de cultures rencontrées le long de la descente.

Merci à toute l'équipe pour la bonne ambiance pendant le trek!

Site archéologique Ollantaytambo

Nous avons terminé notre trek à Ollantaytambo qui sera, le jour d'après, notre départ pour aller au Machu Picchu.

Premièrement nous avons retrouvé une chambre d'hôtel où nous avons profité de prendre une bonne douche chaude!

Puis nous sommes sortis pour visiter le site archéologique d'Ollantaytambo, qui est l'un des seuls vestiges de l'architecture urbaine inca avec ses bâtiments, ses rues et ses patios.

C'est toujours impressionnant de voir ces pierres taillées à la perfection (et super grandes) pour la construction du site!

Après la visite, temps pour profiter d'un apéro avec Pisco Sour et le soir, nous avons retrouvé Sylviane et François pour un souper tous ensemble.

Nous voici en pleine forme pour le départ (qui sera matinal) au Machu Picchu, que nous vous raconterons dans le prochain article!

Besos Niki & Yaya


46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout