Salar d'Uyuni et Sucre


Désert de sel d’Uyuni

Nous sommes vite arrivés à Uyuni, un village bien solitaire et touristique car tout le monde passe par là pour louer des tours vers le très connu désert de sel.

De notre côté, nous nous sommes juste arrêtés faire quelques courses, racheter une nouvelle carte SIM bolivienne pour le téléphone et retirer de l’argent (des bolivianos).

Ensuite, nous avons été vers le salar, qui est la plus vaste réserve de sel au monde. Elle s’étend sur 12'106km carrés et se situe à 3'653 mètres d’altitude. Le salar est très très blanc, d’autant plus avec le reflet du soleil.

En période sèche, il est possible d’aller sur le salar avec sa propre voiture. Nous sommes arrivés à la fin de la saison de pluie et le salar était encore inondé sur les bords. Uniquement les tours avec pick up 4x4 pouvaient rentrer sans s’enfoncer. Nous n’avons donc pas pris le risque d’y aller avec notre van. Premièrement car nous nous risquions de nous enfoncer depuis le début et deuxièmement car avant d’y aller, il aurait fallu protéger le bas de caisse avec une toile pour éviter de casser l'alternateur et avoir des soucis de corrosion par la suite (malgré un lavage qui se fait toujours après être sortis du salar).

La vue de l’étendue du salar blanc a été vraiment merveilleux !

Nous avons décidé de nous poser directement à l’entrée avec le van et avons profité de cuisiner et manger à coté du blanc absolu, le top !

L’après-midi, nous avons été faire un tour sur le salar grâce à un monsieur qui est venu vers nous et qui nous a proposé de nous prendre avec lui à l’arrière de son pick up (payant bien sûr)... chose que nous avons bien accepté.

C’était top !

Nous avons pu rentrer sur le salar, marcher sur le sel, admirer les formes du sel parterre... ainsi que les différents reflets dans l’eau vers des endroits où le salar n’était pas encore complètement sec.

Belle expérience !

Grâce à la couleur blanche et au fait que le salar est très vaste, nous avons pu nous amuser à faire des photos avec des jeux de proportions, ce qui donne des photos assez rigolotes.

Le matin très tôt et le soir tard, il y a de grands camions qui passent sur le salar pour aller remplir les bennes de sel. C’est impressionnant de les voir conduire car ils vont très vite dans des endroits où le salar est encore plein d’eau.

Nous avons fait une nuit sur place et ensuite nous avons décidé de repartir. Le paysage est splendide mais ne pouvant pas y aller dessus, il n’y a pas grande chose à faire mis à part l’admirer et fuir les coups de soleil.

Nous avons été visiter le cimetière des trains, à l’entrée de la ville d’Uyuni. Il y a des vieilles locomotives à vapeur et des wagons qui datent du XIXème siècle, époque où la ville abritait une usine de wagons. Actuellement la collection rouille dans un champ et est devenue une attraction touristique.

Ensuite, départ pour la ville de Sucre, suivant des routes et paysages merveilleux !

Les champs de lamas commencent à pointer le bout de leur nez et il y en a des milliers !

Découverte de Sucre et le marché de Tarabuco

Les guides de voyage écrivent que Sucre est la plus belle ville de Bolivie ainsi que le cœur symbolique de la nation. C’est dans cette ville que l’indépendance bolivienne a été déclarée et, si La Paz est le siège du gouvernement et des finances, Sucre demeure la capitale constitutionnelle du pays.

Les guides ont raison !

L’architecture coloniale de Sucre est très belle et la ville est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1991.

Le climat de Sucre est très agréable, nous avons bien apprécié nous promener dans les ruelles et visiter les différents lieux.

Nous avons été faire des courses de fruits et légumes au marché et nous nous sommes arrêtés dîner au même endroit, pour pouvoir profiter de la cuisine bolivienne mais aussi d’endroits qui ne sont pas trop touristiques (oui, les touristes vont plutôt manger au restaurant qu’au marché).

Un soir, nous avions tellement faim que nous nous sommes laissés attirer par un fast food qui fait des pizzhamburger. Des hamburger avec des mini-pizzas au dessus. Pas très typique.. ni trop bon.. mais on avait faim!

Le dimanche, nous avons pris un « collectivo » -. bus publique - pour nous rendre au marché artisanal de Tarabuco.

C’est un marché où les paysans viennent vendre leurs fruits et légumes ainsi que les différents tissus typiques – vous connaissez, les tissus tout colorés !

Nous avons fait un bon tour en regardant tous les stands/tentes avec leurs particularités, trop beau !

On aurait eu envie de tout acheter. Dans le collectivo, nous avons rencontré un monsieur qui allait également au marché et qui nous a accompagné pour faire un tour. Avec lui, nous avons été jusqu’au marché des fruits et légumes et avons pris place à une table pour goûter quelques plats typiques de la région. C’est toujours un petit risque de manger dans les marchés car nous ne savons jamais si notre estomac va réussir à digérer et à supporter le tout mais pour l’instant, nous n’avons jamais eu de soucis à ce niveau-là.

Gaëta, Elisa et Yaya ont goûté un plat qui s'appelle Aji de Fideus avec des pâtes et de la viande et moi j’ai goûté la soupe de cacahuètes. Tout trop bon !

Nous avons ensuite continué la visite et avons craqué en achetant quelques tissus colorés.

Dans le collectivo de retour, nous avons acheté de la gélatine à tester. Il faut savoir qu’ici, autant les enfants que les adultes mangent souvent la gélatine (autant comme goûter, comme dessert, pendant la journée) qui a différents couleurs suivant la saveur et qu’on peut acheter à tous les coins de rue.

Nous n’avons pas fini la notre et l’avons offerte à une dame bolivienne assise à coté héhé.

Disons que c’est très sucré et que de la gélatine comme ça, ce n’est pas si bon que ça !

Les jours d'après, nous avons vadrouillé un peu dans les rues de Sucre et nous avons de nouveau goûté différents plats Boliviens.

C'était un séjour coloré et gastronomique!

Quand manger au restaurant ou au marché coûte moins cher que faire les courses.. le choix est vite fait.

Après Sucre, nous avons repris la route pour nous rendre à Cochabamba, la capitale culinaire de Bolivie.

Comme depuis que nous sommes en Bolivie, des paysages qui nous étonnent et qu'on trouve juste magnifiques. Des champs vers les 3'000 mètres d'altitude, nous n'en avons pas du tout l'habitude en Europe!

Hasta luego.. jusqu'au prochain wifi!

Niki & Yaya


23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout