Mendoza, ses vignobles et les cols de montagne


Mendoza

Nous sommes arrivés à Mendoza pendant la période de la fête nationale des vendanges. Voici une bonne nouvelle ! Nous pourrons participer à la fête en ville, trop bien !

À peine arrivés, nous avons retrouvé Jonathan, notre ami voyageur avec lequel nous faisons parfois des bouts de parcours. Il nous attendait au Camping Suizo (Camping Suisse, que de Suisse avait juste nom) et comme de tradition, nous avons fait un Asado (grillade) ensemble.

Le lendemain, nous nous sommes organisée pour descendre en ville de Mendoza avec le bus publique, pour aller faire un peu la fête.

Nous savions que le matin, il y avait un défilé avec des chars pour élire Miss Vendanges.

Nous sommes bien arrivés en ville... mais à la fin du cortège. On a juste vu passer les troupeaux de chevaux mais mis à part la police, il n’y avait plus grand monde. Nous nous sommes arrêtés dans un restaurant manger un Lomo completo (morceau de viande servi dans un sandwich avec œuf, fromage et lard accompagné par des frites), un repas typique Argentin, très léger.

Nous avons trouvé la ville déserte. Il n’y avait pas grand monde dans les rues mais surtout, tous les commerces étaient fermés ! Nous avons cherché la fête des vendanges mais nous ne l’avons jamais trouvée. Interloqués, nous avons interpellé un habitant pour en savoir plus..

Il faut savoir que la fête nationale des vendanges ne se fête pas vraiment dans la rue mais dans un amphithéâtre. Pendant plusieurs jours, 950 artistes sont impliqués dans un spectacle du soir qui se donne dans un amphithéâtre qui peut contenir jusqu’à 17'000 personnes. Ah voilàààà !

Du coup en ville tout est fermé pendant cette période, pour permettre aux gens de pouvoir aller voir le spectacle. Certains Argentins achètent les tickets pour tous les soirs. Nous avons donc acheté nos tickets pour le lendemain, pour pouvoir participer à la fête.

Entre temps, nous avons fait un tour à Mendoza, pour visiter un peu la ville.

En 1861, Mendoza fut entièrement détruite par un séisme. Cet événement, qui fut vécu comme une tragédie par les Mendocinos, poussa les autorités à reconstruire la ville en prévision d’autres tremblements de terre. Elle a été construite avec des larges avenues (pour empêcher les effondrements en chaîne) et vastes places (pouvant servir de points d’évacuation).

Le soir venu, nous voilà au gigantesque spectacle dans l’amphithéâtre !

Ce fut vraiment impressionnant et incroyable d’admirer tous les artistes présents sur la scène. Beaucoup de danseurs ainsi qu’un orchestre ont animé le tout pendant une heure et demie. Nous comprenons maintenant pourquoi toute la ville s’arrête pendant cette fête et pourquoi il y a des gens de tout le pays qui viennent voir le spectacle.

Le lendemain, direction dégustations de vin !

La région de Mendoza est connue pour ses vignes et son vin. Les vignobles sont en dehors de la ville et plusieurs domaines ouvrent leurs portes pour des visites et des dégustations.

Nous avons eu la chance d’avoir une journée de beau temps (oui car pendant notre séjour en ville, c’était assez couvert et frais) et avons profité de faire quelques dégustations ainsi qu’acheter du vin.

Trop bon !

Route RP 52 - Route d'un an ou des 365 virages

Nous avons quitté Jonathan qui a continué son tour en Argentine et avons pris la route pour nous diriger vers le Chili.

Nous sommes passé par la routa 365 courbas, un col qui fait 365 virages et qui a une vue spectaculaire. Vertigineux!

Nous avons rencontré quelques guanacos et des renards.

El Puente del Inca

Sur la route, nous nous sommes arrêtés au Pont de l’Inca. C’est un des sites naturels les plus étonnants d’Argentine. Il se situe à 2'720 mètres et c’est un pont naturel traversant le Rio Mendoza, sous lequel le soufre teint de jaune les parois rocheuses.

On a pu voir les ruines d’un ancien spa qui était utilisé à l’époque grâce aux sources d’eau chaude. Il y avait une voie ferrée qui passait par là et les passagers descendaient dormir une nuit à l’hôtel et profiter de l’eau chaude. Aujourd’hui, autant l’hôtel que la voie ferrée sont à l’abandon.

Parque Provincial Aconcagua

C’est dans ce parque qui se trouve le plus haut sommet d'Amérique du sud et qui se trouve dans la cordillère des Andes : le cerro (montagne) Aconcagua, qui se trouve à 6'962 mètres d’altitude.

Il y a la possibilité de faire des trekkings au camps de base ou au refuges qui se trouvent dans les champs de glace (qui ne fondent jamais durant toute l’année).

L’ascension du sommet nécessite 13 à 15 jours, auxquels il faut ajouter un temps d’acclimatation.

Inutile de vous dire que nous n'avons pas été l’escalader. Il y avait la possibilité de faire une marche de quelques heures pour aller à un point de vue mais l’entrée au parc était assez chère et le vent fort nous a vite découragé pour tout type de marche.

Nous avons fait les touristes et juste photographié le panneau et la montagne depuis le parking du parc.

Nous avons dormi une nuit près de la route et sommes partis le lendemain pour le col qui nous amènera au Chili.

Paso Los Libertadores ou Cristo Redenteur

Le matin, nous sommes partis pour le col Los Libertadores, un col à 4'000 mètres pour pouvoir arriver du côté Chilien.

À vrai dire, il y a tout à fait un tunnel qui relie l’Argentine au Chili mais nous avons décidé de tester l’altitude avec notre van et de voir s’il fonctionne autant bien qu’aux basses altitudes.

Une montée bucolique qui, petit à petit, nous a amené au sommet à 4'000 mètres où nous avons rencontré Jean-Claude et Silvia, deux Leysenouds (de Leysin) avec lesquels nous avons discuté un petit moment avant de redescendre de l’autre coté.

Nous avons compris pourquoi il n’y a personne qui remonte le col du coté Chilien.. la route n’est pas très belle pour la conduite mais elle est magnifique à admirer.

Aucun problème pour notre van et l’altitude pour l’instant.. nous sommes contents !

Nous sommes arrivés à la douane et avons timbré le passeport pour pouvoir quitter le territoire Argentin et entrer dans le territoire Chilien.

Comme à chaque fois que nous entrons au Chili, nous avons eu droit à une perquisition complète du bus… mais cette fois, par deux douanières très cordiales et sympa.

Elles nous ont réquisitionné toutes nos lentilles, pois chiches, amandes et noix. Et oui, avec cela, nous pourrions les planter et faire pousser des plantes et contaminer le pays. Sois-disant.

Nous avons continué la route direction Santiago et pour la nuit, nous nous sommes arrêtés à un point de vue d’une vallée de vignobles près de San Esteban. (Sur la route, nous avons rencontré plein de champs avec des toiles parterre et du raisin dessus, c'est comme ça que le raisin sèche et qu'ils produisent le raisin sec!).

Nous avons trouvé un endroit très tranquille avec une super vue mais nous avons super mal dormi !

Jusqu’à 2h du matin, plusieurs Chiliens sont venus se parquer à coté de nous avec leurs voitures et discutaient juste à coté en admirant le paysage (je ne sais pas trop ce que l’on voyait de nuit mis à part les lumières de la ville).

À 2h, le dernier couple qui était en train de partir s’est aperçu qu’il avait fermé la voiture avec la clé dedans. Ils ont tout essayé pour réussir à ouvrir la voiture, pour essayer de descendre un bout de la fenêtre pour y glisser un fil de fer.. mais rien n’y a fait. Vers 3h la police (qui s’appelle Carabinieros au Chili) est venue les aider et ils ont réussi à ouvrir une fenêtre et ouvrir la voiture avec le bout de fil de fer.

Yuhuhuuu 4h du mat et finalement plus un bruit !

Nous nous sommes endormis vers 5h du matin et à 8h, nous étions déjà réveillés.

Ça y est , départ pour Santiago !

Hasta luego !


31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout